samedi 31 décembre 2011

Le Colorado presque sans neige

Chose promise, chose due, voici le début du topo sur mon petit séjour au Colorado au début du mois.

A la base, j'étais partie pour rester quelques jours mais suite à un problème de nature inconnue (on pense que c'est le froid mais on ne saura sans doute jamais) ma voiture n'a jamais voulu démarrer quand j'ai essayé de rentrer en Oklahoma le dimanche 4 décembre. On a essayé toute la semaine de faire démarrer la voiture. Sans trop de succès. A part le vendredi soir, on a miraculeusement réussi à faire tourner le moteur. Il était tard, je n'ai pas voulu partir de nuit parce que bon rouler 12 heures de nuit, très peu pour moi (surtout avec la longue traversée du Kansas qui m'attendais). J'ai donc décidé de partir le lendemain. Et, bien sûr, je vous le donne dans le mille : le samedi matin impossible à nouveau de démarrer la voiture. Je suis finalement partie le dimanche matin, avec la Jeep donc. 

En haut des bulles





Je devais absolument être de retour à Stillwater le lundi 12 décembre puisque c'était la semaine des partiels. J'ai loupé une semaine complète de cours (heureusement que j'avais emporté des fringues pour trois semaines), ce qui explique que la dernière semaine c'était un peu la panique pour terminer ce que je n'avais pas pu préparer au Colorado. Heureusement que j'ai rendre des devoirs en ligne tout en révisant un peu pour mes partiels. Ça m'a évité des catastrophes.

Vue sur le lac de Dillon




Vue sur la station 


Mais à part ce petit incident de parcours, le séjour au Colorado était super. J'ai retrouvé avec plaisir les pistes de Keystone, qui manquaient un peu de neige par contre. Un peu c'est quand même un euphémisme. Tout le domaine skiable n'était pas ouvert, du coup pendant trois jours je me suis retrouvée à skier sur les mêmes pistes toute la journée. Ça m'a rappelé une année à Vars de sinistre mémoire quand on passait nos journées sur l'Olympique (et juste l'inférieure hein parce que le supérieure était fermée). Bon là c'était pas à ce point-là non plus mais quand même. Il y a pas mal de pistes normalement à Keystone, donc ça fait bizarre de se cantonner à quelques bleues. 

Sur les pistes





Surtout qu'il n'y a qu'une seule piste qui redescend à la station. Donc en fin de journée, c'est un peu comme les Écrins à Vars (oui toujours) vers 16h15 : c'est coquin ! A ceci près que les américains arrêtent de skier un peu plus tôt que nous (vers 15h il n'y a plus personne sur les pistes ou presque) même si les pistes restent ouvertes jusqu'à 17h. Ils commencent aussi plus tôt  : la station ouvre à 8h. Du coup il a fait très froid (-20°C deux soirs de suite) mais c'était le grand beau temps : y a à peine eu un flocon un jour.

La station




Comme d'habitude, il y avait des tonnes de snowboarders. Enfin en France il y a de plus en plus aussi mais je trouve que le ratio skieurs/snowboarders ici est vraiment déséquilibré. Enfin moi je m'en fous, j'ai testé mes nouveaux skis que j'aime beaucoup couplés à mes vieilles chaussures qui ont fait le voyage depuis la France. Je confirme que les forfaits sont toujours aussi chers (de même que les leçons de ski) et que baisser les barres de protections sur les télésièges ce n'est toujours pas à la mode. 


Tout près du parking où ma voiture est coincée

A part le ski, je me suis bien promenée autour de Keystone et à cause de ma voiture j'ai découvert la ville de Frisco. J'ai fait un peu d'escalade, suis allée au cinéma (n'allez pas voir Immortals d'ailleurs), ai bu des bières locales (miam) et ai aussi pas mal mangé.

Hamburger Zurich: Bacon, Gruyère et Guacamole

Mes nouveaux skis


J'ai aussi supporté OSU pour leur match contre OU : le match le plus attendu de la saison qui avait lieu encore à Stillwater cette année. Suite à la défaite inattendue contre Iowa State j'ai déçue que notre équipe soit reléguée dans les fonds du classement du Big 12. En fait non seulement nous étions encore pas trop mal placés (sans trop d'espoirs de disputer le championnat national malheureusement) mais en plus nous avons infligé une correction à OU qui a quand même battu lors de Bedlam les 7 années précédentes. Résultat : nous avons fini troisième du classement et c'était le bordel à Stillwater la nuit du match. J'ai un peu regretté de ne pas y être. Le dernier match ce sera début janvier contre Stanford, le 4ème du classement. 

Enfin il y a eu l'excursion à Denver pour le concert de Mayhem. Mais je garde ça pour la prochaine fois parce que mine de rien c'est une petite aventure ! 

A très vite ! 


mercredi 28 décembre 2011

Quelques photos

Oui, je sais, j'ai pris un peu de retard dans mon planning très serré de publication d'articles : à savoir mettre en ligne mes photos du Colorado. Mais, que voulez-vous, j'ai du aussi préparer mon Noël.




Ce qui revient à dire que j'ai beaucoup dormi et absolument rien glandé de ma première semaine de vacances cuisiné des truffes pour tout le monde (et j'ai eu un succès fou), parcouru les magasins qui vendent de l'alcool pour acheter de la crème de cassis (encore un succès) pour aller avec le champagne et me suis battue pour trouver une place sur le parking bondé du Walmart. Oui, j'ai eu la bonne idée de vouloir acheter du papier cadeau et du scotch le 24 décembre en fin d'après-midi. 

Et, puisque ce sont les vacances, j'en ai profité pour cuisiner (en plus des truffes). Enfin cuisiner. J'ai fait un cake au jambon et un pain d'épices, toujours pas de quoi me transformer en cordon bleu. Mais, comme je suis fière de moi, je vous mets les photos qui vont avec.

Pain d'épices

Cake au jambon


En parlant de photos, je vous ajoute aussi deux photos du monstre de la Jeep. Personnellement, je la trouve énorme mais si on la compare avec certains engins qu'on croise par ici, elle fait presque figure de 106 (et en plus elle n'a pas de marche-pied).




Donc Noël c'est fini et comme d'habitude vivement l'année prochaine. La prochaine fois, promis, ce sera mes aventures au Colorado et j'essaie de faire ça avant la fin de l'année !

A très vite !

vendredi 16 décembre 2011

Retour

Avant de vous parler de mon séjour au Colorado où tout, ou presque, est allé de travers (enfin rien de grave quand même) mais qui était quand même très très bien, quelques petites remarques sur mon retour à Stillwater.

Le semestre s'est terminé dans le stress et la précipitation, comme d'habitude mais avec des cookies gratuits et ça c'est quand même top ! Enfin, comme d'habitude, j'ai réussi à tout boucler à temps mais je suis soulagée d'être en vacances. D'autant que le semestre prochain s'annonce chargé puisque je vais être TA (teaching assistant) pour un prof et RA (research assistant) pour un autre. Le tout en plus de mes cours pour 20 heures de boulot par semaine... Ça promet mais je suis vraiment contente d'avoir réussi à décrocher ses deux assistantships. 

Sinon, au boulot M. et C. toutes deux ferventes catholiques ont découvert que Z. qui bosse avec nous était musulman, ça a ouvert une discussion théologique de premier ordre (avec citations à l'appui et comparaison de toutes sortes) où tout le monde a été impliqué. Le tout au milieu des cookies gratuits de Noël, c'était assez comique. 

J'ai aussi vu le Père Noël qui livre le courrier sur le campus. C'est la crise pour tout le monde.

La semaine des partiels, en plus d'avoir la BU ouverte 24h/24, on a aussi droit à des pancakes gratuits entre 22h et 1h du mat. Je ne suis pas allée voir, les cookies m'ont suffi. Et puis la pâtissière de mon boulot m'a offert un gâteau-muffin absolument délicieux pour Noël.

Oui, je parle beaucoup de nourriture dans cet article. 

Aujourd'hui en allant à la piscine, j'ai croisé une 206 ! Comment ça, on s'en fout? C'est un évènement exceptionnel. En deux ans et demi, c'est la première fois que je croise une voiture de marque française sur le sol américain. Je m'apprêtais à célébrer la conquête mondiale de la marque au lion (tremble Chevy Peugeot va te réduire en bouillie) mais sur le chemin du retour je me suis approchée de la 206 garée sur le parking : elle est immatriculée au Mexique. Zut, la conquête des Etats-Unis par Peugeot c'est pas encore pour tout de suite. 

Et pour terminer, puisqu'on parle de voiture (et histoire de teaser avant mon prochain article) sachez que je suis pour le moment l'heureuse gardienne d'une voiture que je n'aurais jamais pensé conduire un jour : un énorme 4x4 Jeep. Cette même Jeep dans laquelle j'avais dormi en septembre dernier. J'ai un peu honte parce que malgré mon horreur des 4x4, en fait je l'aime bien cette voiture. Elle est agréable à conduire malgré sa taille même si j'ai l'impression de participer plus que d'habitude au réchauffement climatique. 

Voilà, vous pouvez me jeter des cailloux.

La prochaine fois, je vous raconte le Colorado et pourquoi j'ai cette voiture. Rien de grave juste une histoire de froid !

A très vite ! 

vendredi 18 novembre 2011

I hate Iowa State

I do.
That's it.
We lost.
I don't even want to talk about it.
I hate Iowa State. That's all you need to know.
I hate Iowa State. I  hate Iowa State. I  hate Iowa State. I  hate Iowa State. I  hate Iowa State.

mardi 15 novembre 2011

66-6 !


Malgré les tremblements de terre, la réouverture progressive du Student Union après plus qu'un an de travaux, mon partiel de Social Research qui, contre toute attente, s'est bien passé (dans les dents la différence entre random sample et randomization et autres menaces à la validité interne !), le scandale de Penn State, et les soirées entre amis au bar, il ne se passe pas grand chose qui mérite d'être raconté. Les tremblements de terre, quand même pour la petite histoire, ont été parmi les plus importants jamais reportés en Oklahoma. Un moment historique auquel j'ai participé... Enfin participé, j'étais présente plutôt. Les secousses en plein milieu de la nuit j'y suis pour rien. 'Fin bon c'était pas des tremblements gigantesques non plus mais suffisamment forts pour qu'on ne parle que de ça pendant une semaine.

Thanksgiving se prépare doucement... C'est la semaine prochaine. Tout le monde ne pense plus qu'aux quelques jours de vacances qu'on va avoir.

Et puis tant qu'on y est, les fraternités et sororités ont sorti les décorations de Noël...

Sinon j'ai fini troisième à la compétition d'escalade d'il y a une semaine et demie (catégorie intermédiaire et fille faut quand même pas déconner !). Je ne résiste pas à l'envie de vous dire ce que j'ai gagné à la force de mes petits bras : un t-shirt, un dvd (sur l'escalade bien sûr) et un sac à magnésie (bon j'en ai déjà un mais tant pis) ! Pour parler deux minutes de la compétition, je n'arrive pas bien à comprendre si je fais des progrès ou non. J'arrive à escalader des trucs difficiles sans trop de problème et quelques fois je bloque bêtement sur des voies beaucoup plus faciles. Cela dit tout le monde s'en fout, j'arrête donc là avec l'escalade.



Pour terminer, un mot de football (ouais que des trucs intéressants dans cet article), après nous avoir filé la trouille de la saison lors du match contre Kansas State pour finalement l'emporter à la dernière seconde (on a eu chaud aux fesses), les Cowboys ont écrasé Texas Tech 66 à 6 ! Plus que deux matchs, les petits plus que deux matchs ! 

Je vous laisse avec la devise de Justin Blackmon et Brandon Weeden avant chaque match (il faut bien sûr adapter avec le nom de l'équipe adverse, il s'agit en l'occurrence de Texas Tech) : You tell those Raiders we're coming...and hell's coming with us!!!

A très vite !

mercredi 2 novembre 2011

Game day in a football town

Cela fait plus de deux ans que je suis à Stillwater, et jusqu'à samedi dernier, je n'avais pas encore sacrifié à la tradition footballistique et n'avais jamais mis les pieds dans l'imposant Boone Pickens Stadium qui trône fièrement sur le bord du campus. C'est chose faite maintenant et autant dire que j'en ai profité à fond.

Mais replaçons les choses dans leur contexte. Parce que le week-end dernier à Stillwater c'était aussi Homecoming.

Homecoming c'est quand, une fois par an, les universités ou les lycées accueillent leurs anciens étudiants, ceux qui sont diplômés de l'établissement en question, pour une grande célébration. Les activités varient : il y a des parades, les sororités et fraternités sont en compétition pour l'élection de la plus belle décoration, on élit aussi le roi et la reine du Homecoming... En un mot comme en cent, des milliers de personnes affluent pour le week-end et c'est le bordel ! La ville est remplie à craquer. C'est bien simple, on manque tellement de places de parking que les habitants louent leur jardin ou leur allée pour $10 ou $20 la soirée aux nombreux visiteurs. Je ne parle même pas des embouteillages monstres qu'on doit se taper même quand on veut juste aller à WalMart, où commander une bière au bar...

Mais pour Homecoming il y a aussi un match. De baseball ou de hockey suivant la "spécialité" de la ville. En l’occurrence de football américain pour Stillwater. Le match est pas vraiment pas particulier en soi, mais il attire beaucoup plus de monde (moins que le match pour Bedlam toute de même). Et là ça faisait plusieurs semaines que OSU jouait à l'extérieur. Cerise sur le gâteau, les Cowboys se sont hissés à la troisième place du classement (place qu'ils n'ont pas atteint depuis un long long long moment). Beaucoup de monde, d'excitation, et d'espoir pour ce match pour lequel je n'avais pas de billet une heure avant le coup d'envoi.

Ayant décidé d'y aller à la dernière minute, j'ai donc eu aussi la joie de découvrir comment racheter des billets à des gens qui brandissent les précieux sésames à bout de bras juste devant le stade. Le tout au milieu une marée orange qui se presse pour assister au coup d'envoi. Finalement on a eu de la chance et on a pu s'asseoir avant que le match ne commence et avant que les joueurs ne rentrent sur le terrain. 

Déjà ce qui qui frappe en entrant, c'est la grandeur du stade. Surtout dans une ville comme Stillwater. J'y connais pas grand chose en stades (américains ou européens) et pour être honnête je crois que c'est la première fois que je mets les pieds dans un tel endroit. Donc ce que je vais dire va peut-être sembler stupide pour les habitués. En tout cas, voir cette masse orange rassemblée comme ça c'est assez impressionnant surtout quand elle se met à chanter ou à hurler en choeur. 60000 places c'est quelque chose. Surtout que d'après les organisateurs il y avait plus de 58000 personnes présentes. Un stade complet ou presque. J'ai pris pas mal de vidéos et quelques photos. Je vais essayer de partager au mieux cet après-midi.









Quand on arrive, la fanfare est encore sur la pelouse. Le joueurs ne sont pas encore arrivés. Le commentateur appelle la foule à chanter en alternance un côté criant "orange" et l'autre "power". Moi j'ai rien crié du tout (j'étais du côté "power") mais j'ai fait une vidéo que je vous mets juste en dessous. 



video


Ensuite les joueurs (ils sont super nombreux dans une équipe) sont entrés en courant comme des super stars avec l'effet fumée qui va bien pour les accompagner ! Remarquez que par contre les joueurs de l'autre équipe (en blanc en haut à droite) arrivent comme des pouilleux par l'entrée de derrière. 



video


Le match opposait OSU à Baylor, une université du Texas. OSU était supposé gagner avec 12 points d'avance. C'est ce que disaient tous les spécialistes. OSU a bien gagné... mais 59 à 24. Baylor n'ayant commencé à marquer que durant la seconde mi-temps du match ! 







Bon alors que vous dire sur le match en lui-même ? J'y connais pas grand chose en football américain mais je vais essayer de faire de mon mieux. Chase a passé son temps à tout m'expliquer, les pénalités et autres actions bizarres (bien sûr j'ai pas tout retenu mais j'arrive beaucoup mieux à cerner la chose). Les gens autour de moi ont du penser que j'étais débile. Mais on se laisse prendre au jeu assez facilement. Il faut dire qu'avec la foule qui hurle et s'extasie à l'unisson difficile de ne pas suivre à fond. En règle générale, les spectateurs crient comme des perdus quand l'équipe adverse est en attaque et se tait quand c'est le tour d'OSU. Je plains vraiment les équipes qui ne jouent pas à domicile, pour se concentrer ça ne doit pas être évident !


Comme OSU a gagné facilement, il y a eu beaucoup de belles actions. Des touchdowns qui partaient de l'autre bout du terrain, des sacks du quarteback de Baylor (vous avez vu comme je maîtrise à fond le jargon ^^), des arrêts de touchdowns par OSU à un yard de la ligne. Il y a eu aussi des trous dans la défense mais Baylor n'a pas réussi à en profiter. Apparemment un de nos receveurs (vous avez vu à quel point je soutiens les Cowboys maintenant?) Justin Blackmon (numéro 81) va jouer en NFL la saison prochaine. En tout cas, il est super bon. Il a marqué plusieurs fois. Le quaterback n'est pas mauvais non plus. Il a 27 ans (ce qui est super vieux pour un joueur universitaire). En fait, Boone Pickens (oui le mec qui a son nom sur le stade et c'est normal vu que c'est lui qui l'a payé), qui a fait fortune dans le pétrole, est un des généreux donateurs pas anonymes d'OSU. Il a dépensé des sommes astronomiques pour OSU et notamment pour l'équipe de football. 








Sinon, il faut que je vous parle des touchdowns. Quand OSU marque, un coup de fusil retenti (tiré depuis le toit du stade). Tout le public salue avec les bras pendant que les Cowboys transforment la pénalité (si elle est réussie un autre coup de feu est tiré). Ensuite c'est là que ça devient marrant. A chaque fois, une fille à cheval fait une boucle sur la pelouse du stade, suivi par quatre mecs qui ont l'air un peu con-con à trottiner derrière elle en brandissant des drapeaux. Les cheerleaders s'agitent aussi mais la cerise sur le gâteau ce sont les militaires (!) présents qui viennent sur le terrain pour faire autant de pompes que OSU a de points. Au début quand il n'y en a que 7 ou 14 c'est facile. Quand on arrive à 59 ça devient plus compliqué ! C'est à la fois complètement ridicule et très  marrant. Pour mieux vous rendre compte, je vous mets aussi une vidéo de ça juste en dessous. Essayez de trouver les militaires !


video


Les matchs de football c'est un peu comme les matchs de basket. Il y a beaucoup beaucoup beaucoup de temps morts pendant lesquels à la place des pubs qu'on a à la télé, il y a de la mauvaise musique, des concours débiles, et des démonstrations de cheerlearders. C'est un peu kitch mais ça fait partie du spectacle et le temps passe très vite. Pourtant c'est long un match de football. Nous sommes rentrés dans le stade à 14h20, 10 minutes avant le début du match. Nous ne sommes ressortis qu'à 18h30. Le match a duré 4 heures !









A la fin du match, les deux équipes se serrent la main et les Cowboys se placent face à la tribune "étudiants", se prennent bras dessus bras dessous pour chanter le Alma Mater avec le public. Et bien sûr il y a eu des embouteillages monstres parce que tout le monde qui s'était déplacé pour Homecoming a voulu partir en même temps. Pour aller manger des sushis c'était pas triste ! 









Je crois que j'ai à peu prêt fait le tour de tout ce dont je voulais parler. Ah non, j'ai oublié de parler de la mi-temps. Celle du Homecoming game est un peu différente (et plus longue que les autres) parce que c'était à ce moment-là que sont annoncés les résultats des différents (décorations, roi et reine...). Mais ça, on s'en fout un peu parce que ça ne concerne (presque) que les sororités et les fraternités. Ce qui est plus cool en revanche c'est la prestation de la fanfare d'OSU que j'avais déjà vu  s'entraîner devant la BU. C'est beaucoup mieux de les voir en "vrai". Et plutôt que de vous raconter, je vous mets une autre vidéo (en espérant qu'elles fonctionnent) !


video


Donc voilà je suis ravie de mon immersion dans la culture américaine ! En plus, on a vraiment bien joué. Ça promet pour la suite. Vivement Bedlam en tout cas ! Ils leur restent beaucoup de chemin pour atteindre le championnat national mais ils ont vraiment leurs chances ! GO POKES (il parait qu'il faut crier ça) !










A très vite! 


PS: en bonus une vidéo d'une action des Cowboys. C'est leur troisième tentative pour le touchdown, elle va échouer mais la foule va réclamer que OSU tente le quatrième essai au lieu de tenter le field goal (je voulais dire pénalité mais je ne suis pas sûre que ça marche). On ne le voit pas sur la vidéo mais ils vont finalement réussir le touchdown au quatrième essai !


video